Lomé, capitale du Togo

La capitale Lomé se situe dans l'extrême sud-ouest du Togo, et s'étend le long du littoral. Lomé n’est ni une ville « coloniale» construite et établie par les puissances coloniales, ni une « ville traditionnelle », dont les racines villageoises seraient encore inscrites dans les structures et les processus urbains. Lomé mêle la tradition avec l'animisme et la modernité, illustrée par les hôtels de luxe et des bâtiments bancaires.

Histoire

La ville fut fondée par les Ewés au XVIIIe siècle. Son nom vient de Alotimé qui en éwé signifie «au milieu des plantes d'alo» (l’alo est un arbre dont le tronc est encore aujourd'hui la principale source de cure-dents au Sud-Togo). Le chasseur Dzitri qui fut le fondateur de la ville s'était en effet installé à l'intérieur de ces arbres qui dominaient alors le site historique de Lomé. À la fin du XIXe siècle, les taxes douanières britanniques pèsent très lourdement sur les produits importés, comme les alcools et le tabac.

Les commerçants de la région située entre Aflao et Keta, à l’ouest de la frontière (c’est-à-dire des Ewés maritimes, ou Anlo), avaient donc besoin d’un lieu où débarquer les marchandises hors d’atteinte des douaniers de Sa Majesté. C'est donc dans un souci d'échapper aux impôts britanniques que Lomé naquit vers 1880. Le littoral jusqu'alors peu habité commença rapidement à se peupler.

Les Ewés furent rapidement rejoints par des compagnies européennes, britanniques et surtout allemandes, ainsi que par des marchands itinérants de l’intérieur des terres, comme les caravanes Haoussa venues des routes de la cola.

Beaucoup de personnes furent donc attirées par le nouveau pôle économique que représentait Lomé. La croissance rapide de la ville s'en trouva renforcée et Lomé eut rapidement la réputation d'un lieu où l'on fait de bonnes affaires.

Aujourd’hui

La ville de Lomé est une ville très africaine dans le sens où tous les styles, toutes les influences, toutes les traditions se mélangent. Mêlant tour à tour passé, présent et futur, Lomé est un creuset, un carrefour où tout se rencontre, tout se transforme, tout évolue à une rapidité incroyable.

On y trouve le rouge de la terre, le bitume des grandes avenues et des grandes places, le vert des jardins et les multiples couleurs des maisons.

La ville compte une université publique, l'Université de Lomé, et des universités privées, comme l'Université des sciences et technologies du Togo et un campus de l'Université catholique de l'Afrique de l'Ouest.

Langues parlées

Lomé est une capitale cosmopolite où de très nombreuses langues et dialectes sont parlés. Toutefois, il existe une langue véhiculaire, le mina. La langue officielle parlée dans l’agglomération est le français.

Climat

Le climat tropicale de la ville connaît deux saisons des pluies, la principale commence en avril et se termine vers juillet, la seconde, moins importante, commence début septembre et finit fin novembre.

La chaleur est constante, la température maximale sous abri est en moyenne de 30°C l'après-midi et la température minimale moyenne est de 23°C le matin. Au début de l'année souffle parfois l'harmattan, un vent sec venu du Sahara et qui peut faire descendre le thermomètre de Lomé à 19°C le matin.

Lomé reste aussi largement influencé par l'océan. Ainsi, on a l'usage de dire que le climat est ici un climat équatorial tempéré par l'océan. La chaleur est ainsi stable, sans pointes excessives, et le souffle qui vient de la mer la rend assez agréable.

Comment s’y rendre ?

Pour le transport urbain il y a quelques taxis, mais ce sont les taxis-motos (le zémidjans) qui sont le plus utilisé.

La livraison d'une liaison Lomé-Cotonou, dans le cadre d'un projet de boucle ferroviaire (Lomé-Cotonou-Niamey-Ouagadougou-Abidjan) est attendue pour 2024. L'aéroport international Lomé-Tokoin aussi nommé Gnassingbé-Eyadema, est situé à cinq kilomètres au nord-est du centre-ville.

Attractions touristiques à Lomé

Lomé est célèbre pour son littoral atlantique bordé de palmiers. Le monument de l'Indépendance, en centre-ville, se trouve au milieu d'un rond-point paysager. Le palais des Congrès, situé à proximité, est le site du musée national ; ce dernier recèle des bijoux, masques, instruments de musique et poteries d'Afrique occidentale. Au nord-est, le marché aux fétiches d'Akodésséwa propose des objets vaudous, tels que des peaux et des crânes d'animaux.

Bonjour

Je suis Isaac de "Voyages Modestes". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Appelez-nous au
0022870302342